La Flandre française


La Flandre française appelée aussi Pays-Bas français, Flandre du sud, Flandre ou Flandres est une région non-administrative de culture et éventuellement de langue flamande du nord de la France.

Géographie

La Flandre occupe le tiers septentrional du département du Nord. Lille est sa principale ville, mais elle compte d'autres villes importantes : Douai, Cassel, Dunkerque, Hazebrouck et Bailleul. Elle se compose de deux sous-régions : le Westhoek français et la Flandre romane.

Le Westhoek français ou Flandre maritime est compris entre la Lys et la mer du Nord. Ce territoire correspond à l'arrondissement de Dunkerque. Il peut être décomposé en trois régions naturelle :

* le Blootland (« pays nu ») ou Plaine maritime, qui comprend les villes de Dunkerque, Bourbourg, Bergues, Hondschoote.
* le Houtland (« pays du bois »), qui comprend les villes de Wormhout, Cassel, Hazebrouck, une partie de Bailleul.
* la plaine de la Lys qui comprend Merville, Steenwerck.

La Flandre romane, également appelée Flandre gallicante ou Flandre wallonne se situe au sud de la Lys et correspond aux arrondissements de Lille et Douai.

On inclut aussi parfois dans la Flandre française la partie méridionale du comté de Flandre (notamment la région de Valenciennes), voire toute l'ancienne province française de Flandre, soit la partie française du comté de Flandre et du comté de Hainaut, avec pour capitale Lille.

Langues

La Flandre française est depuis longtemps une région bilingue. Ce bilinguisme date du IIIè siècle, époque à laquelle les Francs envahissent en partie la région et apportent avec eux le dialecte germanique qui deviendra le flamand. Le reste de la région garde la langue romane (latin populaire) dont naitra la langue d'oïl. Le picard, encore parlé dans la région est un des dialectes de la langue d'oïl qui donnera également le français. La frontière linguistique suit à peu près le tracé de la Lys.

Deux langues se côtoient donc encore en Flandre :

* Le flamand dans le Westhoek.
* Le picard (appellé ch'ti dans la région) en Flandre romane.

Histoire
Elle fit partie intégrante du comté de Flandre. Celui-ci passa sous domination bourguignonne puis espagnole. Le territoire des arrondissements actuels de Lille, Douai et Dunkerque fut progressivement cédé à la France durant le règne de Louis XIV par le traité des Pyrénées en 1659, par le traité d'Aix-la-Chapelle en 1668 et par le traité de Nimègue en 1678 (ce traité vient entériner notamment les conséquences de la bataille de la Peene à Noordpeene).

Envahie en 1791 par les Autrichiens, Lille est un instant occupée malgré l'héroïque résistance de sa population. Pichegru la reprend en 1793.

La Flandre française n'a plus aujourd'hui la moindre institution politique ou administrative propre, si ce n'est par le biais de l'intercommunalité, instituée par les lois Chevènement-Voynet. Le mot Flandre apparaît en effet dans les dénominations de deux « pays » qui ont vu récemment le jour : le Pays Moulins de Flandre et le Pays Cœur de Flandre.

Culture flamande

La Flandre française se caractérise surtout par son identité culturelle : jusqu’au début du XXe siècle la majorité de la population du Westhoek parlait le flamand, langue germanique proche du néerlandais et nettement distincte du picard (dont le fameux chti), langue d'oïl parlée plus au sud et à l’ouest (notamment en Flandre gallicante). Le flamand fut enseigné dans les écoles primaires de la région jusqu'à l'interdiction de 1853 par l'académie de Lille. Cet arrêté n'a jamais été remis en cause depuis.

Aujourd'hui, certaines personnes âgées dans les villages parlent toujours le flamand entre elles. Le néerlandais est enseigné dans quelques écoles et collèges dans un cours d'une une heure par semaine. Par ailleurs, des jeux flamands (comme la bourle) sont encore pratiqués.

La langue flamande n'est pas reconnue par l'État français comme langue régionale, ceci en dépit des cent mille citoyens français qui parlent ou comprennent cette langue. La demande d'une telle reconnaissance fut introduite auprès de Luc Ferry mais elle se heurta à un refus au motif que le flamand n'est « qu'une composante du néerlandais, langue étrangère ».

On trouve des traces de l'extension du flamand dans la toponymie : Dunkerque signifie « église de la dune », Brouckerque « église du marais » et Hazebrouck « marais du lièvre ».

Il existe des associations de défense du patrimoine culturel flamand, telles que le Comité flamand de France.

Commentaires

Anonyme a dit…
super
moi qui suis féru d'histoire et de géo-politique, je trouve ton blog sympa...
bye
Julia a dit…
Salut Tony,
Je suis contente que mon site te plaise :)
bises à vous 4
Anonyme a dit…
Quand on parle des Flandres il ne faut pas oublier que le Pas de Calais Français, c'est relativement récent et que le Haut Artois ne s'arrête pas à la Lys, loin de et que, je cite "Richelieu pouvait dire des Artésiens qu'ils étaient "tous ennemis jurés des Français et plus espagnols que les Castillans"." (http://www.nordpasdecalais.fr/reperes/France/Histoire/Textes/05.htm)
Bref... la télévision nous fait passer pour des abrutis mais s'ils ne se calment pas ça pourras s'envenimer... quand on voit que le fn est majoritaire à hénin baumont, ça craint (cf. belgië actuellement...)
tot ziens
Anonyme a dit…
ben moi j'aprend pleins de chose, existe t-il des association pour la défence dde notre patrimoine

Posts les plus consultés de ce blog

Les associations d'aide aux animaux dans le Nord (59)

La légende de Saint Martin

La galette beurrée